Zone de confort (ou d’inconfort, c’est selon…)

 

Zone de confort & Immobilier

 

Zone de confort?! Mais pourquoi donc parler de zone de confort, autrement dit de développement personnel, sur un blog traitant de la constitution d’un patrimoine sur lequel s’appuyer pour gagner la liberté financière? Il y a en fait une raison toute simple. Que vous soyez aguerri ou pas dans le domaine, osez parler d’immobilier locatif à droite à gauche, vous comprendrez vite que le tout premier frein se trouve dans la tête. Ce pourrait être la méconnaissance de la fiscalité, des financements, ou de tout autre sous-domaine ayant trait à l’immobilier, mais non, ce qui empêche la plupart des gens d’investir se trouve avant tout dans la tête. Du coup, moi qui ai commencé à quitter subitement ma zone de confort l’an dernier, je pense que vous avez tous intérêt à comprendre ce que revêt ce concept et faire de cette connaissance un levier pour engranger de nouvelles compétences, au lieu de rester ad vitam eternam bloqués sur des acquis maîtrisés depuis déjà longtemps.

 

Zone de confort ou d’habitudes?

 

La zone de confort est facile à définir (sa définition en anglais). Quelque part c’est vous aujourd’hui, avec vos compétences actuelles, mais aussi vos limites, vos freins, un statu quo, agréable ou désagréable, qui dure. Pour beaucoup, la zone de confort ne porte pas très bien son nom. Peut-être faudrait-il davantage parler de zone d’habitudes. Dans tous les cas, la première étape permettant de quitter sa zone de confort est de prendre conscience de son existence. Être honnête avec soi-même peut mettre au jour quelques surprises. C’est ainsi que le salarié peut se rendre compte :

 

  • qu’il n’est pas fondamentalement heureux dans son travail, ou qu’il s’y ennuie
  • qu’il n’entreprend rien pour changer sa situation car il y exerce son domaine de compétence limité
  • qu’il a peur d’en changer notamment car cela nécessiterait une remise en question des acquis
  • qu’il se trouve piégé à faire toujours les mêmes choses
  • que le seul intérêt de son travail salarié est la paie en fin de mois

 

Zone de confort, d'habitudes

Sortez de votre zone de confort!

 

 

Si vous n’en étiez pas conscient jusqu’ici, une prise de conscience subite peut vous rendre encore plus malheureux si vous n’entreprenez aucun changement. Et ici point de baguette magique. Oui, le changement requiert des efforts et comme je le lisais dernièrement, les efforts, ce n’est pas très populaire. En effet, car faire des efforts, de véritables efforts, c’est souvent remettre en question des mauvaises habitudes établies depuis longtemps. Pour certains, c’est le temps passé sur Facebook, pour d’autres devant un écran de télévision, pour d’autres encore devant des jeux vidéos, etc… C’est en tout cas au prix d’efforts et de discipline que vous allez pouvoir quitter une zone de confort (ou d’inconfort) pour en rejoindre une autre. Une démarche consciente de votre part va être requise. Alors sortez de votre bulle, de votre zone de confort et aller à la rencontre de la vie!

 

Zone de troubles dynamiques

 

La démarche entreprise, vous allez entrer dans une zone de troubles dynamiques aux turbulences plus ou moins prononcées selon que vous cherchez à faire un petit pas en dehors de votre zone de confort ou au contraire de chausser vos bottes de sept lieux. Et il est très facile de se rendre compte de la nature de son pas. Vous vous rendrez compte très facilement par exemple lorsque vous êtes en zone de fortes turbulences, car cela va générer en vous :

 

  • des doutes
  • de nombreuses questions
  • la sensation de l’inconnu
  • l’impression d’y aller à reculons

 

Maintenant, si vous avez le bon état d’esprit, même à reculons, vous allez continuer d’avancer. C’est à ce prix que vous pouvez conquérir de nouvelles compétences, de nouveaux territoires. Les doutes, les questions sont normales lorsqu’on s’éloigne grandement de sa zone actuelle. Les questionnements s’adressent en recherchant les réponses auprès de ceux qui ont déjà fait, de ceux qui ont la compétence. Comme lorsque vous étiez enfant, apprendre auprès des autres vous fera gagner énormément de temps.

 

Conserver la foi

 

Il est possible qu’avoir quitté votre zone de confort initiale ne produisent pas les effets escomptés. Si c’est le cas, vous avez le choix entre accepter cet état de fait comme un échec, ou comme une leçon de vie à analyser, décortiquer, pour comprendre et repartir de l’avant. C’est vous qui choisissez le regard, la vision que vous portez sur les événements de votre vie, et de ceux-ci dépendent votre capacité à finir par quitter votre zone de confort initiale. Ceux qui sont reconnus comme les plus grands dans leur domaine sont toujours des personnes qui ont connu énormément d’échecs avant de réussir.

 

Généraliste ou expert ?

 

Une fois rejointe la nouvelle zone de confort, vous bénéficierez de nouvelles compétences dans le domaine visé. A ce stade vous êtes un généraliste, plus ou moins éclairé, selon votre degré d’implication, votre curiosité intellectuelle.

 

Aller de l'avant

Rejoignez de nouvelles zones de confort, de compétences

 

 

Si votre objectif est de devenir un expert dans ce nouveau domaine, il vous faudra non seulement passer des milliers d’heures à le travailler, mais plus important encore, travailler spécifiquement ce qui vous est inconnu, ce qui vous pose problème. C’est en effet ce qui distingue l’expert du généraliste. Là où l’expert passera des heures sur le sous-domaine qui lui pose problème jusqu’à ce qu’il soit totalement maîtrisé, le généraliste se contentera d’un premier niveau de maîtrise sans investiguer spécifiquement les sous-domaines l’empêchant de progresser. Si vous considérez par exemple l’apprentissage d’un instrument et de morceaux de musique, l’amateur jouera toujours les mêmes qu’il maîtrise et dont il se contente, alors que l’expert travaillera sans relâche les passages les plus compliqués jusqu’à les passer sans difficulté et ainsi petit à petit, enrichir son répertoire, son expertise.

 

Maintenant, tout le monde ne peut, ne veut forcément devenir un expert. Et c’est heureux, car le monde a besoin aussi de généralistes. Vous arrêter aux premiers niveaux de maîtrise d’un domaine vous permet aussi de sortir plus rapidement de votre nouvelle zone de confort pour en viser à nouveau une autre. Il n’y a donc pas d’un côté de bons experts et de l’autre des mauvais généralistes. Mais il faut bien comprendre que c’est à vous de choisir les domaines dans lesquels il vous importe de devenir expert et ceux dans lesquels un niveau de généraliste vous suffira.

 

Pour conclure, quitter sa zone de confort initiale permet en fait d’étendre sa zone de compétences, de confiance et d’avancer dans la vie dans la direction souhaitée. Encore faut-il avoir une vision acérée de cette dernière, un élément important que j’aborderai dans mon prochain article. Des personnes motivées, entraînées par de grandes convictions peuvent atteindre des sommets. A vous d’en prendre conscience et d’engager les premiers pas en dehors de cette zone qui vous rassure et en même temps vous empêche d’avancer. Et parce qu’un engagement public aura toujours plus d’importance qu’un engagement pris dans votre coin, n’hésitez pas dans les commentaires à dévoiler ce que seront vos premières actions pour développer votre potentiel…

 

Photo de tiero et illustration par Immeubles Gagnants

 

Author: Frédéric

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *