Masochisme ou déni au menu du salarié?

 

Travail salarié, masochisme ou déni?

 

Masochisme ou déni à propos des français et de leur travail salarié? Oui, oui, et si cet article est basé ponctuellement sur une étude, en toute transparence, ce thème sera probablement récurrent sous différentes formes sur Immeubles Gagnants. En effet, pour qui observe ses contemporains, il est facile de s’apercevoir que dans notre pays par exemple, beaucoup râlent à propos de leur situation, mais très peu œuvrent pour véritablement la changer de manière positive.L’action prend bien plus souvent la forme d’une réaction engendrant blocages visant à perpétuer peu ou prou la situation existante, de manière plus ou moins violente. Et pourtant, il y a sur cette planète bien d’autres possibilités que le salariat sous toutes ses formes, et nous aurons souvent l’occasion de l’aborder sur ce site.

 

Immeubles Gagnants s’oriente-t-il vers la psychologie?

 

Un article associant masochisme ou déni au travail salarié fait-il de Immeubles Gagnants un site orienté vers l’analyse psychologique de la population française et de ses salariés? Euh, non, je vous rassure tout de suite. Mais étant de nature curieuse, je me retrouve souvent en présence d’informations que je me propose d’analyser sous le prisme de l’indépendance financière pour mieux encourager vous et moi à briser nos chaînes!

 

Le statut du salarié qu'il en soit ou pas conscient

Le salarié enchaîné

 

En conclusion de ce qui précède, non, Immeubles Gagnants n’est pas un site de psychologie, mais analyser ce qui relève du travail salarié, en s’appuyant sur une étude sérieuse, mérite bien un article.

 

Une étude édifiante

 

Le 2 juin 2015, paraissait (attention c’est long…) une étude Viavoice pour l’Observatoire de l’équilibre des temps et de la parentalité en entreprise (OPE), en partenariat avec l’Union nationale des associations familiales (Unaf), constituant la seconde édition d’un baromètre  de la Conciliation entre Vie professionnelle, Vie personnelle et Vie Familiale Volet “salariés”.

Et hop c’est parti, ce ne sera pas long, mais c’est tout de même du lourd! L’étude était basée sur une enquête réalisée en ligne du 20 mars au 3 avril 2015, auprès d’un échantillon représentatif de 1003 salariés. Et que nous disent-ils ces 1003 salariés? Extraits :

  • pour 71% d’entre eux qu’ils manquent de temps, 83% pour ceux avec des enfants entre 3 et 5 ans, et c’est même 90% pour ceux qui passent perdent leur temps dans les transports.
  • pour 93% d’entre eux que l’équilibre des temps de vie (temps professionnel, familial, associatif, etc.) est un sujet de préoccupation important, voire très important.
  • pour 64% d’entre eux, qu’ils sont satisfaits de la façon dont ils équilibrent leur temps de vie, 67% trouvent même « correct » le temps qu’ils consacrent à leur vie professionnelle

 

Le salarié, masochisme ou déni?

Salarié qui refuse de voir la vérité

 

Le salarié, masochisme ou déni?

 

Je ne sais pour vous, mais personnellement j’ai dû relire plusieurs fois. Le salarié nous expliquent tout d’abord qu’il manque de temps, que son équilibre à tous points de vue est essentiel, pour affirmer au final qu’il est satisfait du temps qu’il passe au travail? Suis-je le seul à y voir, sous une certaine forme, masochisme ou déni? Le pire c’est que j’aurais pu continuer à vous citer d’autres chiffres de cette étude, mais l’ensemble est du même acabit.
 

 

More Time, We Need More Time

 

Le reste de l’étude est néanmoins intéressant en ce que les salariés expriment de nombreuses attentes qui rejoignent l’indépendance financière. Disponibilité pour les enfants à différents âges “critiques”, disponibilité pour accompagner les membres de leur famille le nécessitant. Bref, le salarié reprend en cœur le More Time de Linton Kwesi Johnson. Toute l’année ils chantent, du temps, nous avons besoin de plus de temps. Et de temps à autre, leur employeur leur donne une petite prime ponctuelle pour maintenir l’illusion par l’argent. Et les français sont contents, quelques jours, un mois peut-être, avant de se remettre à chanter more time, we need more time…

 

Rejoindre la route de l’indépendance financière

 

Je ne sais pas si vous faites aujourd’hui partie de ces français en équilibre précaire entre masochisme ou déni, qui demandent du temps, toujours plus de temps, et qui  trouvent cependant correct leur temps de travail. Mais si c’est le cas, je vous invite au réveil, à briser vos chaînes et à me rejoindre sur la route de l’indépendance financière. Et comme qui prend la route doit toujours faire un premier pas, afin de laisser masochisme ou déni à ceux qui décidément se plaisent à attendre tout des autres, je vous invite à m’indiquer dans les commentaires quelle est la première ou la prochaine action que vous allez entreprendre pour vous libérer.

 

Photos par ordre d’apparition de nito et de James Steidl

 

Author: Frédéric

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *